Miniature - La petite danseuse de quatorze ans

La petite danseuse de quatorze ans

  • Camille Laurens
  • Art
  • essai

Le résumé

« Elle est célèbre dans le monde entier mais combien  connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette  à Washington, Paris, Londres, New York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son  âge, quatorze ans, et le travail qu’elle faisait, car c’était déjà  un travail, à cet âge où nos enfants vont à l’école. Dans les  années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris,
et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un  rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse. Elle a  été renvoyée après quelques années de labeur, le directeur  en a eu assez de ses absences à répétition. C’est qu’elle avait  un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous  gagnés à l’Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, elle ni sa  famille. Elle était modèle, elle posait pour des peintres ou  des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas. »


La critique du Chat Botté

L’avis de Delphine:

« La petite danseuse de quatorze ans » est un très bel essai sur la sculpture homonyme mais aussi sur l’homme et l’oeuvre de Degas; et plus largement les impressionnistes.

C’est un livre très intéressant et instructif. On y découvre plein de petites anecdotes qui remettent en perspective l’oeuvre et la recherche artistique. Pourquoi la statue repose sur un socle recouvert d’un tissu blanc, sous une bulle en verre, … L’auteur ouvre des pistes de réflexions sans jamais imposer une vision. Elle développe ainsi toujours la thèse et l’antithèse. Elle base ses réflexions sur des faits, des archives, des écrits et autres documents tangibles. Le récit est très bien documenté.

Camille Laurens s’est aussi attaché à donner vie au modèle de Degas. Qui était cette Marie? Comment vivait-elle? Qu’est-elle devenue? De ce fait, la lecture de cet essai est très agréable car humaniste et touchante. On découvre la dureté de la vie des danseuses de l’Opéra, les « protecteurs » qui rodent autour des jeunes filles et les choses sordides qui en découlent.

C’est une lecture très plaisante accessible à tout un chacun qui s’intéresse un peu à l’art. A sa lecture, on n’a qu’une seule envie, c’est courir au musée pour voir une des reproductions de l’oeuvre.

parution le 30 août 2017

prix : 19.65 euro


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

Le guide Bubble de la familleLe grand livre des créations en carton