Miniature - Le déjeuner des barricades

Le déjeuner des barricades

  • Pauline Dreyfus
  • Roman

Le résumé

Quel peut bien être le point commun entre une révolution et un palace ? Entre mai 68 et un immeuble de 1838 ? Le point commun est que, en mai 68, le personnel de l’hôtel Meurice, en grève, occupe les locaux. Et ce 22 mai de l’an révolutionnaire où ce roman se passe est le jour où, à déjeuner, doit avoir lieu la remise d’un prix littéraire, le fameux prix Nimier, à un jeune auteur encore inconnu, Patrick Modiano. Et voici, dans le huis clos des pièces lambrissées et des salons dorés, une comédie mordante que n’aurait pas reniée Nancy Mitford.Sous la houlette altière et légèrement alcoolisée de la milliardaire Florence Gould, qui finance le prix, nous nous faufilons parmi les membres du jury, Paul Morand, Jacques Chardonne, Bernard Frank et tant d’autres. Le lauréat arrivera-t-il auréolé de la fumée des bombes ? Les cocktails seront-ils Molotov ? Dans cette satire trépidante des vanités bien parisiennes du temps où la littérature comptait plus que tout, passent aussi des personnages émouvants, comme ce vieux notaire de province rongé par un cancer, qui promène son ombre mélancolique entre le tintement des verres de champagne et les réclamations de « rendre le pouvoir à la base ». Pauline Dreyfus nous entraîne au galop dans une folle journée où le tragique se mêle à la frivolité.


La critique du Chat Botté

L’avis de Marie

J’ai adoré le sujet du roman de Pauline Dreyfus dès que je l’ai lu: montrer un déjeuner littéraire, au sein d’une élite de la société, en plein mai 68. Paris est en pleine effusion révolutionnaire, et le personnel de l’illustre hôtel Meurice vient de voter l’autogestion et licencier son directeur. Pourtant, la réception de Florence Gould à l’occasion du prestigieux prix Roger-Nimier est maintenue dans son faste habituel. 

C’est une lecture plutôt légère et drôle que j’ai beaucoup aimée ! Le déjeuner en question est complètement décalé par rapport aux événements de mai 68, ce qui rend les scènes un peu grotesques et comiques: on se croirait dans une pièce de théâtre, voire dans un vaudeville. J’ai également apprécié d’un voir apparaître des noms connus comme celui de Patrick Modiano ou de Salvador Dalí ! Une lecture somme toute très agréable et divertissante, même si peut-être un peu trop légère parfois au vu de certains sujets abordés comme la violence de classe ou l’antisémitisme… 

Parution le 23/08/2017

Prix (poche): 7.75 € 

 


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

La commode aux tiroirs de couleurCertaines n’avaient jamais vu la merLa vraie vieSors de ce corps William !La Vengeance des mères (suite de Mille Femmes blanches )