Miniature - Hamnet

Hamnet

  • Maggie O'Farrell
  • Roman

Le résumé

Un jour d’été 1596, dans la campagne anglaise, une petite fille tombe gravement malade. Son frère jumeau, Hamnet, part chercher de l’aide car aucun de leurs parents n’est à la maison…

Agnes, leur mère, n’est pourtant pas loin, en train de cueillir des herbes médicinales dans les champs alentour ; leur père est à Londres pour son travail ; tous deux inconscients de cette maladie, de cette ombre qui plane sur leur famille et menace de tout engloutir.

Porté par une écriture d’une beauté inouïe, ce nouveau roman de Maggie O’Farrell est la bouleversante histoire d’un frère et d’une sœur unis par un lien indéfectible, celle d’un couple atypique marqué par un deuil impossible. C’est aussi l’histoire d’une maladie  » pestilentielle  » qui se diffuse sur tout le continent. Mais c’est avant tout une magnifique histoire d’amour et le tendre portrait d’un petit garçon oublié par l’Histoire, qui inspira pourtant à son père, William Shakespeare, sa pièce la plus célèbre.


La critique du Chat Botté

L’avis de Marie:

 

« Le temps est disloqué. O destin maudit,

Pourquoi suis-je né pour le remettre en place !  » (Hamlet)

Si la pièce tragique Hamlet est une des plus célèbres jamais écrites, on sait assez peu que Shakespeare a eu un fils nommé Hamnet, décédé à 11 ans, et que son deuil fut probablement un élément déclencheur de la conception d’une des tragédies les plus poignantes jamais écrites. En vérité, on sait assez peu de choses sur la vie du dramaturge, aussi, le pari de Maggie O’Farrell d’écrire un roman autour de ce personnage et de sa famille est osé. L’auteure a donc pris le parti de raconter cette histoire non pas en se centrant sur Shakespeare, mais sur sa femme, qu’elle nomme Agnès : véritable force de la nature et un peu sorcière. Finalement, le mari, lui, n’est jamais nommé, même si l’on sait très bien de qui il s’agit.

Car ce roman, ce n’est plus réellement l’histoire de Shakespeare, mais le récit bouleversant d’une famille dont le destin va être mis en pièces par le deuil. Cela pourrait être l’histoire de n’importe qui, à n’importe quelle époque, ce qui donne à ce récit une résonance universelle. Et en même temps, il s’agit d’une immersion exceptionnellement bien menée dans l’Angleterre rurale de la fin du 16ème siècle. Par le biais d’Agnès et de ses enfants, on découvre la progression de la peste, la douleur de la relation avec une figure paternelle absente, mais aussi les tracas du quotidien. C’est un récit très triste, mais aussi très beau, avec des moments incroyablement lumineux.

Ce livre est un de mes plus gros coups de cœur du moment. Je n’ai lu aucun des autres livres de Maggie O’Farrell, et « Hamnet » a été une découverte tout à fait inattendue : je vais certainement m’intéresser à ses autres œuvres ! 

 


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

Ceux qui voulaient voir la merLe testament de RyanLa dernière nuit du RaïsBroadwayLes simples