Miniature - La disparue de l’île Monsin

La disparue de l’île Monsin

  • Armel Job
  • auteur belge
  • Intrigue
  • Roman

Le résumé

Hiver 2011. Deux petites filles se noient dans la Meuse. La plus jeune est tombée à l’eau et sa soeur, qui pourtant ne savait pas nager, a tenté de la sauver. Quelques jours plus tard, un pompier de Liège perd la vie en cherchant les corps. Liège, le 25 janvier 2012, 11 heures du soir. En pleine tempête de neige, Jordan Nowak, loueur de pianos, aborde le pont-barrage de l’île Monsin. Dans ses phares, soudain, une silhouette penchée sur le parapet. Jordan découvre une jeune femme hagarde qu’il emmène à son hôtel. Là, Éva lui confie qu’elle allait se jeter à l’eau. Le lendemain matin, elle s’est volatilisée. Que s’est-il passé ? Quel est le lien entre le fait divers terrible de l’hiver 2011 et cette disparition mystérieuse ? Chargé de l’enquête, le jeune inspecteur Lipsky y voit l’occasion rêvée de faire avancer sa carrière. Mais sa précipitation et son inexpérience vont entraîner toutes les personnes impliquées dans un tourbillon dévastateur révélant, comme toujours chez Armel Job, la vérité de l’âme derrière ce que chacun croit être et donne à voir. Impossible de lâcher ce thriller psychologique haletant qui nous emmène jusqu’à une question essentielle : qu’est-ce qui donne du sens à une vie ?


La critique du Chat Botté

L’avis de Sophie :

Dans ce nouveau roman paru en février dernier, Armel Job nous propose un roman policier où l’analyse de la psychologie humaine, les malentendus et autres faux-semblants sont une fois de plus à l’honneur.

Si j’ai aimé retrouver un décor familier en me baladant de Liège à Malmedy au gré de l’enquête, je dois avouer que je n’ai pas été convaincue par ce crû, malgré une grande fidélité à cet auteur. Je ne me suis en effet pas retrouvée ni dans l’intrigue, ni dans l’écriture qui m’a semblé lexicalement un peu désuète au regard de la période traitée (hiver 2012). Une lecture en demi-teinte donc…

Pour autant, je me réjouis d’ors et déjà de « retrouver » Armel Job dans un prochain roman qui, je l’espère, me transportera dans ce qu’il écrit et raconte si bien : les huis clos familiaux dans la Belgique des années 40 à 60…

Date de parution : 6 février 2020
Prix : 20.90€


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

Hunger games (trilogie)Les larmes de la libertéCacaoJe suis làLa tête sous l’eau