Miniature - Le complexe d’eden Bellwether

Le complexe d’eden Bellwether

  • Benjamin Wood
  • Roman

Le résumé

Benjamin Wood signe un premier roman magistral sur les frontières entre génie et folie, la manipulation et ses jeux pervers – qui peuvent conduire aux plus extravagantes affabulations, à la démence ou au meurtre.

Cambridge, de nos jours. Au détour d’une allée de l’imposant campus, Oscar est irrésistiblement attiré par la puissance de l’orgue et des chants provenant d’une chapelle. Subjugué malgré lui, Oscar ne peut maîtriser un sentiment d’extase. Premier rouage de l’engrenage. Dans l’assemblée, une jeune femme attire son attention. Iris n’est autre que la sœur de l’organiste virtuose, Eden Bellwether, dont la passion exclusive pour la musique baroque s’accompagne d’étranges conceptions sur son usage hypnotique…
Bientôt intégré au petit groupe qui gravite autour d’Eden et Iris, mais de plus en plus perturbé par ce qui se trame dans la chapelle des Bellwether, Oscar en appelle à Herbert Crest, spécialiste incontesté des troubles de la personnalité. De manière inexorable, le célèbre professeur et l’étudiant manipulateur vont s’affronter dans une partie d’échecs en forme de duel, où chaque pièce avancée met en jeu l’équilibre mental de l’un et l’espérance de survie de l’autre.

L’auteur du Complexe d’Eden Bellwether manifeste un don de conteur machiavélique qui suspend longtemps en nous tout jugement au bénéfice d’une intrigue à rebonds tenue de main de maître.

“D’autres auteurs avant lui ont exploré la proximité entre génie et folie, mais Wood traite cette thématique familière avec une fraîcheur et une intelligence qui laissent présager de grandes choses à venir.”
TIMES LITERARY SUPPLEMENT


La critique du Chat Botté

L’avis de Delphine :

« Le complexe d’Eden Bellwether » est sympa mais sans plus. On pourrait aussi bien dire « Vite lu, vite oublié ». Voilà un roman qui ne trouve pas sa ligne maitresse. Benjamin Wood oscille entre le suspense psychologique et la romance, sans trouver sa place. D’Oscar, Iris et Eden, aucun n’est réellement le pivot du récit. C’est une histoire plaisante mais à plusieurs moments je me suis demandée où est-ce que l’auteur voulait m’emmener. Je ne comprends pas comment ce livre a obtenu le prix roman Fnac 2014. Est-ce que la Fnac l’a réellement lu ?

A mon sens, pour traiter le thème de la manipulation ou encore celui de la frontière entre le génie et la folie, il fallait aller beaucoup plus loin dans le suspense, dans le frisson et faire monter l’angoisse. C’est néanmoins un roman acceptable, bien écrit mais non mémorable.

prix roman Fnac 2014

parution le 28 août 2014

prix : 23.50 euro


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

Rue des VoleursLe testament de RyanLa petite communiste qui ne souriait jamaisLa plage de la mariéeN’oublier jamais