Miniature - Reines de sang – Constance d’Antioche, la princesse rebelle vol 1

Reines de sang – Constance d’Antioche, la princesse rebelle vol 1


      Le résumé

      La destinée d’une reine au milieu des intrigues de l’empereur de Byzance et du roi de Jérusalem, qui n’a que son intelligence et sa ruse pour prendre son destin en main. Heureusement, elle n’en manque pas. Lorsque le cadavre sans tête de son père Bohémond II prince de Tarente et d’Antioche pénètre dans la cathédrale St Pierre pour y reposer, Constance n’a que 6 ans et sa mère Alix à peine 20. Mais si les larmes de Constance sont sincères, celles d’Alix sont feintes, et cette dernière fait aussitôt enfermer sa fille pour prendre la régence et ainsi avoir les mains libres de s’essayer aux arcanes du pouvoir.


      La critique du Chat Botté

      L’avis de Cécile:

      Je suis déçue par cette bande dessinée.

      Même si les illustrations sont magnifiques et très bien dessinées, le scénario, lui, n’est pas à la hauteur de mes espérances.

      Lorsque j’ai lu le titre (Reine de sang – Princesse rebelle), j’ai tout de suite été attirée par cet ouvrage. Mais quand j’ai commencé à lire, je me suis perdue dans les noms, lieux et époques. Il y en a beaucoup en très peu de temps. Je n’ai pas bien compris le rôle de chaque personnage ni même le lien qu’il existe entre eux ! J’ai l’impression que seul un professeur d’histoire s’y retrouverait.

      Et quant à Constance, je ne vois pas en quoi elle est une reine exceptionnelle… D’accord, elle a eu une enfance malheureuse et doit se marier contre son grès mais elle n’a pas l’air de participer aux décisions ni d’être écoutée « comme une reine ». A voir peut-être dans le tome 2…

      Prix: 15,45€

      Parution: 9 janvier 2019


      Les commentaires

      D'autres ont également aimé,

      Vous aimerez aussi peut-être aussi

      L’archipel t.1 : LatitudeLa vie secrète d’une mère indigneQuand le manga réinvente les grands classiques de la peintureLe sapin à Biscuits – coffretLes mille et une gaffes l’ange gardien Ariel Auvinen