Miniature - La fille qu’on appelle

La fille qu’on appelle

  • Tanguy Viel
  • Roman

Le résumé

Quand il n’est pas sur un ring à boxer, Max Le Corre est chauffeur pour le maire de la ville. Il est surtout le père de Laura qui, du haut de ses vingt ans, a décidé de revenir vivre avec lui. Alors Max se dit que ce serait une bonne idée si le maire pouvait l’aider à trouver un logement.


La critique du Chat Botté

L’avis de Marie:

Dans ce roman, Tanguy Viel s’attaque à un sujet dangereusement d’actualité en France et dans le monde – celui des agressions sexuelles par abus de pouvoir en politique. C’est l’histoire d’un rapport de force insidieux entre Le Bars, maire de sa ville et futur ministre, Le Corre, son chauffeur et ancien boxeur, et Laura, 16 ans, la fille de ce dernier, en recherche d’un logement.

Avec un style d’une efficacité redoutable, simple, cash, rythmé et pourtant poétique, Tanguy Viel décrit une situation suffocante et une emprise qui se referme sur la jeune fille, entrecoupée par sa plaine pour viol au commissariat. La brièveté du roman n’empêche pas une belle complexité dans la notion de consentement et une compréhension fine de la situation de la victime. C’est un livre bien entendu influencé par le #metoo et par l’affaire Darmanin, même si cela n’est jamais explicité.

Selon moi, la complexité de l’intrigue s’est parfois faite au détriment de celle des personnages, dans certains cas un peu plats. Cela reste cependant une excellente lecture à mettre dans toutes les mains !

Prix: 16 €

Parution le 02/09/21


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

La mémoire des embrunsSous le même toitLes simplesLa Déesse des petites victoiresMécaniques du chaos