Miniature - L’insolite évasion de Sebastian Wimer

L’insolite évasion de Sebastian Wimer

  • Stéphane Héaume
  • Roman

Le résumé

Karlotta-Pietra, ville fortifiée aux allures vénitiennes, vit ses derniers instants de liberté. Il ne reste que quelques jours avant que les portes de la cité ne se referment définitivement.
Sebastian, styliste de mode, et son associé Dimitri entreprennent de s’enfuir avant qu’il ne soit trop tard. Mais un soir, sur le chemin qui le mène à sa Villa des Mouettes Noires, Sebastian porte secours à une femme brutalisée, laissée inerte le long du canal. Troublé, il croit reconnaître Agathe, sa défunte épouse, même si ses papiers d’identité affirment le contraire.
Une chose est sûre, l’état de santé de la jeune femme l’oblige à retarder son projet initial. Aidé du jeune Leos, son aide de camp, et de ses proches amis, il échafaude un plan d’évasion insensé, puisant dans l’histoire de la cité et défiant le pouvoir en place.


La critique du Chat Botté

L’avis de Mathieu :

De manière générale, ce roman m’a plu ! Il s’agit d’un livre très facile à lire et qui est parfait à emmener avec soi en vacances. J’ai particulièrement apprécié le style baroque et le registre élevé de la langue où le vocabulaire est riche et florissant.

Ce style un peu « pompeux » de l’écriture réside, sans doute, dans la personnalité du personnage principal. Sebastian est riche, d’une famille bourgeoise, il est érudit, légèrement prétentieux, mélancolique et en deuil permanent. La mélancolie, comme pour pardonner l’état dans lequel elle nous enlise, offre une âme poétique à l’oeuvre. Ensuite, l’espoir revient et le ton redevient « normal ».

J’ai beaucoup apprécié que le roman ne soit absolument pas prévisible. L’organisation de la fuite est très bien cousue mais je regrette que la fin soit expédiée en deux pages et que la psychologie des individus n’ait pas été davantage développée. J’ai trouvé également dommage que l’oppression du régime totalitaire ne soit pas assez mise en exergue. Enfin, les descriptions de l’architecture des maisons, des quartiers, de la ville en général deviennent rapidement imbuvables et ne laisse que peu de place à l’imagination des lecteurs. De plus, elles sont écrites dans un style télégraphique, plat, voire même brutal – ce qui ne m’a pas plu.

Je suis très critique mais j’ai apprécié ce livre, rien que pour sa forme déjà, ensuite pour le sacrifice guidé par la colère – j’adore !

Date de parution : 18/08/2016
Prix : 18.90€

 


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

ZebraskaUn dangereux plaisirDevenir Christian DiorLes Peaux rougesEn son absence