Miniature - Rien n’est noir

Rien n’est noir

  • Claire Berest
  • Roman

Le résumé

« À force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien.
Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. Elle aime les manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment, et les fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint.
Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.»


La critique du Chat Botté

L’avis de Stéphanie :

Frida Kahlo, peintre mexicain de renom, est une figure qui a déjà beaucoup inspiré. Ce n’est donc pas le 1er livre ou autre média qui s’intéresse à elle. J’étais donc à la fois enchantée de replonger dans son histoire, mais en même temps j’avais des appréhensions quant à ce roman. Allait-il pouvoir donner une nouvelle perspective à sa vie ?

Et le verdict : j’ai adoré ! Bien sûr, l’auteure revient sur les moments importants de la vie de Frida, tel que son accident de tram, mais elle s’intéresse avant tout à décrire sa féminité et son histoire d’amour passionnelle avec le peintre Diego Rivera. On la suit beaucoup à travers ses voyages aux Etats-Unis et ses nombreux galas en compagnie de son mari. On a également accès à ses moments de solitude face à ses sentiments et à ce corps qui la torture. L’auteur nous décrit enfin certaines des peintures ainsi de leur genèse. Mais ce que j’ai particulièrement aimé dans ce roman, c’est qu’on ressent énormément  que Frida peint avant tout pour elle-même et pour s’exprimer personnellement  plutôt que pour être sous les projecteurs, rôle qu’elle laissa longtemps à son mari. Et enfin, j’ai beaucoup apprécié de suivre de manière plus sensible son histoire d’amour avec Diego.

Un autre petit détails qui dénote dans ce roman, ce sont les les titres des chapitres. Ils donnent à chaque fois une note de couleur et citent un petit texte de Frida Kahlo elle-même. Cela offre une teinte, une sorte d’avant-goût du chapitre à venir et nous donne envie de poser une attention particulière à la lecture.

La plume de l’auteure est également très belle et nous enivre tout au long du roman.

Il s’agit d’une belle pièce pour cette rentrée littéraire 2019.

Date de parution : 21/09/2019

Prix : 21.15€


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façonLes listes d’ElisabethUne apparitionMuchachas t.1La dernière nuit du Raïs