Miniature - Se réjouir de la fin

Se réjouir de la fin

  • Adrien Gygax
  • développement personnel
  • philosophie
  • Roman

Le résumé

On sait peu de choses de l’homme qui écrit ces lignes, qui évoque son histoire, ses rencontres, ses joies et la satisfaction qu’il ressent  à voir sa vie se terminer. Ou plutôt, on sait ceci, annoncé d’emblée  : «  Ce texte a été découvert dans les affaires personnelles d’un résident de la maison de retraite. Il l’aurait rédigé entre son entrée et le 22 janvier 2019, date de son décès  ». Depuis le lieu qu’il habite désormais, il voue ses heures à une puissante contemplation des beautés et des douceurs qui l’entourent. Il débusque les instants de bonheur dans les détails le plus futiles, se réjouit de dessiner comme un enfant, de ne plus avoir à changer d’avis, de recevoir du courrier, de faire le sourd, d’être au bout de ses peines  ou  de garder des secrets… Chaque court chapitre est l’occasion d’un effarement, d’une allégresse ou d’une douce mélancolie.
Un roman délicat et tendre, qui est aussi une méditation sur la vie, le temps, la nature.


La critique du Chat Botté

L’avis de Stéphanie :

Se réjouir de la fin est un de ces livres qui nous laissera une marque à jamais.

L’histoire nous mène à suivre les réflexions d’un homme en maison de repos qui contemple ce qu’a et est sa vie. 

Les réflexions sont profondes, tendres, sans jugement et pleines d’une sagesse mature. Il nous parle autant du lâcher prise, que de sa jolie infirmière, ou encore de l’Amour. 

J’ai été conquise par l’écriture simple dont il émane une certaine délicatesse, voire de la mélancolie. 

Si vous aimez les livres de développement personnel, mais que vous en avez un peu marre de retrouver toujours le même schéma narratif, vous trouverez un trésor en ce livre qui est une véritable méditation sur la vie, la nature et le temps ! 

Gros coup de cœur ! 

Date de parution : 12/02/2020
Prix : 14.10€


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

En attendant BojanglesCertaines n’avaient jamais vu la merÇaDans la forêtL’art de perdre