Miniature - La Révolte

La Révolte

  • Clara Dupont-Monod
  • guerre
  • Historique
  • Roman

Le résumé

« Sa robe caresse le sol. À cet instant, nous sommes comme les pierres des voûtes, immobiles et sans souffle. Mais ce qui raidit mes frères, ce n’est pas l’indifférence, car ils sont habitués à ne pas être regardés ; ni non plus la solennité de l’entretien – tout ce qui touche à Aliénor est solennel. Non, ce qui nous fige, à cet instant-là, c’est sa voix. Car c’est d’une voix douce, pleine de menaces, que ma mère ordonne d’aller renverser notre père. »
Aliénor d’Aquitaine racontée par son fils Richard Coeur de Lion.


La critique du Chat Botté

L’avis de Stéphanie :

La Révolte est la suite du livre Le roi disait que j’étais diable, mais il peut se lire tout à fait indépendamment du premier. Je vous invite tout de même à cliquer sur ce lien pour découvrir mon avis à son propos.

Je vous livre mon avis de but en blanc, pour ne pas y aller par quatre chemins : j’ai nettement préféré le premier volume à celui-ci.

Dans Le roi disait que j’étais diable, l’auteure nous présentait la relation entre Aliénor d’Aquitaine et son premier mari, Louis VII en alternant le point de vue de chacun. Ici, nous entendons principalement la voix du futur roi Richard Coeur de Lyon, fils d’Aliénor de ce ce de son second mari Henri Plantagenêt. On découvre par son biais la seconde partie de la vie de Aliénor : son remariage, sa vie de reine et surtout sa révolte contre son mari.

Bien que ce soit effectivement Richard qui prend le plus régulièrement la parole, d’autres voix s’élèvent pour partager leur vécu et émotions. Il s’agira par exemple d’Henri Plantagenêt, de la promise de Richard ou encore d’Aliénor elle-même. Même si cela apporte un plus à l’histoire, cela nous égare quelque peu dans la narration. J’aurais préféré que ce soit comme dans le premier livre, un dialogue – ou plutôt une confrontation – entre deux personnages.

Une autre petite déception, quand on le compare au premier, c’est qu’Aliénor n’est plus totalement au centre du récit. Bien sûr on retrouve le personnage d’Aliénor d’Aquitaine avec sa force, sa grandeur, son désir de pouvoir… Mais l’histoire se tourne beaucoup plus sur les faits historiques que sur l’aspect plus personnel et sentimental. On se doute bien que l’auteure a voulu mettre en exergue la relation filiale entre Richard et Aliéanor, mais ce n’est pas aussi réussi qu’entre elle et Louis dans Le roi disait que j’étais diable.

Malgré tout j’ai vraiment adoré cette lecture qui fut toujours aussi intéressante autant du point de vue historique que stylistique ! Je retiendrai principalement la partie sur les Croisades avec la confrontation entre l’Orient et l’Occident.

En conclusion, je dirais que La Révolte est un livre qui vaut la peine d’être lu, mais qui, malheureusement, ne m’aura pas fait autant vibrer que Le roi disait que j’étais diable.

Date de parution : 22/08/2018
Prix : 21.15€


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

ForbiddenLa vérité sur l’affaire Harry QuebertGazoline TangoDijnn – t. 11 : Une jeunesse éternelleLa plantation