Miniature - Emma G Wilford

Emma G Wilford

  • Edith
  • zidrou
  • Aventure
  • B.D.
  • Féministe
  • Voyage

Le résumé

Il y a quatorze mois, son fiancé, Roald Hodges – membre de la National Geographic Society – a embarqué à bord du Kinship en direction de la Norvège, et depuis… elle est sans nouvelles de lui. Elle questionne régulièrement les autres membres, en vain. Avant de partir, Roald a confié à Emma une mystérieuse enveloppe à n’ouvrir que dans le cas où il lui arriverait malheur. Réfutant cette éventualité, elle décide de tout quitter – sa vie, son confort, l’Angleterre – pour se rendre en Laponie. Et en chemin, elle va peu à peu perdre ses certitudes… Plus qu’une quête à la recherche de son fiancé, Emma va vivre une véritable quête personnelle.


La critique du Chat Botté

L’avis de Marie:

Une belle découverte que cette bande dessinée ! Ce qui saute tout de suite aux yeux, évidemment, c’est la beauté de l’objet: les superbes illustrations d’Edith, avec ses couleurs chaudes, ses personnages charmants et ses paysages dans lesquels on voudrait se blottir (même dans le froid de la Norvège, si, si !), mais aussi l’inclusion de petits éléments complémentaires au récit (une photo, une lettre…) et l’ouverture aimantée de l’ouvrage. C’est une BD qu’on voudrait garder précieusement chez soi pour la relire et en re-contempler les pages.

Et le scénario est largement à la hauteur de sa beauté esthétique ! Emma G Wilford est une jeune femme rêveuse et poétesse dont le fiancé est parti explorer la Norvège. Après plus d’un an sans nouvelles, par amour et aussi un peu par goût de l’aventure, elle décide de partir le retrouver. Le voyage et ses imprévus vont devenir une réelle quête d’elle-même et de son rapport au monde.

Une splendide BD sur l’amour (de la liberté) !

Prix: 23.70 €

Parution le 22/11/2017


Les commentaires

D'autres ont également aimé,

Vous aimerez aussi peut-être aussi

Aesculapius – Les mystères de Druon de BrévauxLe chœur des femmes (BD)La lionne : un portrait de Karen BlixenL’étreinteSherlock & Moria: L’initiation